II ) REPERCUSSIONS SUR L'INDIVIDU ET LA SOCIETE

 

Les manifestations du stress sont à la fois biologiques, psychologiques et comportementales. Mais selon les cas et les individus, les réactions au stress peuvent varier, ce qui le rend d'autant plus difficile à détecter.

 

 

    De manière précise, le phénomène du stress est habituellement divisé en trois phases distinctes :

 

    • Phase d'alarme : face à divers stresseurs, l'individu commence par solliciter ses ressources (énergétiques) pour s'adapter. Il peut alors en résulter une accélération du rythme cardiaque, une chute de tension et du tonus musculaire, mais aussi des troubles digestifs (constipation ou diarrhée selon les individus), des maux de tête. Survient également un manque de récupération pendant le sommeil qui ne fait qu'ancrer l'individu dans cette situation. Mais à ce stade, l'individu fait face.



    • Phase de résistance : l'individu s'adapte encore et encore. Il résiste. Ses réserves d'énergie continuent à baisser et le corps ne parvient pas à récupérer du traumatisme et de la dépense d'énergie, surtout que les stresseurs le sollicitent toujours, avant même qu'il ait pu retrouver son équilibre. C'est là que peuvent survenir des pathologies fonctionnelles, l'anxiété, des somatisations*… Les troubles du sommeil persistent, on note également une diminution des relations aussi bien sexuelles que relationnelles, une plus grande émotivité… A ce stade, l'individu fait toujours face mais dans une situation de tension.



    • Phase d'épuisement ou burn out* : la situation s'installe et perdure, l'individu s'épuise chaque jour un peu plus et ne parvient plus à s'adapter. Les réserves énergétiques continuent à s'épuiser laissant apparaître fatigue et anorexie, en même temps que les insomnies persistent. On note de plus une usure prématurée du système cardio-vasculaire engendrée par l'action des agents stressants sur ce dernier. Les stresseurs (persistants) agissent également sur les relations sexuelles avec : inappétence sexuelle (diminution de la libido), frigidité, impuissance, éjaculation précoce. Le stress est maintenant installé de manière permanente et devient chronique. Il se manifeste par des pathologies fonctionnelles, organiques et psychologiques. La porte d'entrée à toutes les maladies est maintenant ouverte, sans parler de la consommation d'alcool, de tranquillisants et autres somnifères… L'individu est enclin à un certain mal de vivre, voire une perte de l'envie de vivre et les pleurs, une absence de projets, de projection sur l'avenir…  A ce stade, l'individu ne fait plus face.
 

 

 

 

 

stress-consequences.jpg

 

 

 

Le Docteur ALARD informe son auditoire que : «  Le burn out est en train de prendre de plus en plus d’importance dans le monde professionnel ».



De plus, il évoque un cas particulier : « Une patiente avait été diagnostiquée sclérose en plaques alors qu’il s’agissait d’un burn out. Le traitement du burn out est l’arrêt de travail immédiat ».


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site