B) Les solutions mises en place par les entreprises

 

           4 dirigeants européens sur 5 (soit 79 %) disent être préoccupés par les questions de stress au travail. Pour autant, seulement 26 % des entreprises européennes ont mis en place des procédures pour faire face au stress. Un tiers des entreprises a commencé à prendre réellement en compte le problème du stress.

 


            Pour tenter de mesurer les différentes pénibilités vécues par les salariés, certains programmes se sont développés, regroupant des professionnels de la santé. Ce qui est le cas d'EVREST (Évolution et Relations en Santé au Travail) mis en place en 2002. C'est un observatoire de la santé au travail qui opère par le mode du questionnaire. Il permet de traduire des informations recueillies au cours des entretiens médicaux, et de communiquer, au niveau collectif, des données, généralement limitées au cadre de l’entretien singulier entre le salarié et le médecin du travail. Suite aux résultats des questionnaires mis en place par plusieurs programmes (suivant les entreprises), des plans d'amélioration des conditions de travail sont mis en place au sein des entreprises, avec des cellules d'écoute psychologique. Les entreprises peuvent s'appuyer sur plusieurs acteurs, comme : la médecine du travail, CRAM*, cabinets-conseils spécialisés dans l'approche collective du stress. Ces intervenants disposent des outils et des solutions pour éviter le stress. Grâce à ces acteurs, les entreprises pourront gérer plus facilement le stress des employés et rendre la prévention plus accessible.

 


« Dans la fonction privée, le médecin du travail peut dire si le salarié est apte ou non à travailler »  propos souligné par le Docteur ALARD lors de sa conférence.

 


            Certaines entreprises ont décidé de mettre en place des programmes originaux de recours à des intervenants extérieurs :


-          Des kinésithérapeutes peuvent intervenir de temps en temps pour détecter et soulager les traumatismes occasionnés sur l’organisme par l’exercice de certaines tâches.


-          D’autres entreprises mettent en place des ateliers de relaxation (massage, balnéothérapie, sophrologie).


-         Enfin, des cours de sport peuvent être organisés, notamment dans les secteurs sollicitant fortement le corps : ainsi des échauffements d’une vingtaine de minutes permettent de prévenir chez les déménageurs, les employés du bâtiment, certains accidents du travail, tout comme les sportifs qui ne peuvent commencer à solliciter leur corps qu’après l’avoir préparé.

 

 


Des analyses ergonomiques sont mises en place, pour prévenir le stress :


Qu'est-ce que l'ergonomie* ?


            C'est l'étude scientifique de la relation entre l'homme et ses moyens, méthodes et milieux de travail. Son objectif est d'obtenir les meilleures performances quantitatives et qualitatives du travail humain, de garantir la sécurité des Hommes et des biens, de rechercher les meilleures conditions de travail. L'analyse ergonomique du travail va permettre de prendre conscience des limites d’un système mis en place  et d’en corriger les composantes si besoin afin d’améliorer les conditions de travail du salarié. L’ergonomie va s’intéresser à l’aménagement des systèmes Hommes/Machines, ou de façon plus large aux conditions de travail et ainsi de tirer vers un optimal de sécurité, de confort, de santé, de satisfaction et d’efficacité.

 


            On peut distinguer deux grands courants d’ergonomie :


- L’ergonomie physiologique s’intéressant aux espaces de travail (caractéristiques dimensionnelles, conception du plan de travail, ambiance de travail, nuisances, bruit…)


- L’ergonomie psychologique s’intéressant à la présentation et au traitement des informations, à l’organisation du travail, aux contraintes temporelles de travail.

 

 

 

 

 

            Des salariés ont fait quelques propositions :


•    Améliorer l’organisation, les conditions et l’environnement du travail ;


•     Avoir une possibilité d’échanger sur leur travail ;


•     Améliorer la gestion, la communication de l’entreprise afin de leur permettre d’appréhender les objectifs de l’entreprise et leurs rôles ;


•    Faire une formation à l’ensemble des salariés, et surtout au personnel d’encadrement et de direction, en matière de reconnaissance et de prévention du stress.

 

 

 

 

Enquête (Sondage fait par Obéa-Infraforces) :


Une enquête réalisée par téléphone en 2009 auprès de 1 000 habitants en France Métropolitaine, âgés de 18 ans et plus :



             75 % demandent la création de groupes de parole dans l'entreprise ;


             72 % demandent la création d'un numéro vert en lien avec des psychologues d'entreprises ;


             70 % souhaitent le renforcement des contrôles de l'inspection du travail.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×